Editions krisis
















-


Ces deux ouvrages de Charles Robin sont en vente sur Krisis Diffusion.
Présentation détaillée sur notre blog.









Une fin du monde sans importance, Xavier Eman, Krisis
Une fin du monde sans importance, Xavier Eman, éditions krisis, 2016

Pas de doute : le monde moderne est absurde, maussade, désenchanté. Il ressemble à un chapitre de

Michel Houellebecq réécrit par Philippe Muray. Tellement las et désenchanté que même sa progressive disparition ne suscite aucune réaction. Lente euthanasie volontaire pour une humanité fatiguée. C’est cette apocalypse désespérément molle qu’aborde Xavier Eman dans les chroniques, à la fois drôles et grinçantes, réunies ici. Le ton est corrosif, le tableau réaliste, l’humour irrésistible.
Mais, malgré tout, François, l’anti héros récurrent des textes rassemblés dans ce volume, résiste. À sa façon. Malgré lui, parfois. Malgré les éléments contraires. Malgré le cynisme et les déconvenues. Malgré la dérision.
Des couloirs du métro aux terrasses des cafés en passant par l’intimité des alcôves et des lambris des appartements parisiens, décrire le monde tel qu’il ne va pas, non pas pour s’en repaître, mais pour le secouer et déchirer le voile des faux semblants qui en obture le sens et les issues. Et laisser filtrer un filet de lumière, promesse d’un idéal de vie bonne. 

A 39 ans, Xavier Eman, journaliste indépendant, est rédacteur en chef de Livr’Arbitres et chroniqueur à Éléments. Une fin du monde sans importance est son premier recueil.


Xavier Eman, Une fin du monde sans importance
Collection La hussarde, préface François Bousquet.
Éditions Krisis, 16 euros.
ISBN : 97829169161329
Auteur : EMAN (Xavier)
Editeur : KRISIS (EDITIONS)
Collection: La hussarde
Préface: François Bousquet
Nb Pages : 226
Présentation : Broché
Prix de vente: 16 euros TTC
Publication : Paris : Éditions Krisis, DL 2016
Impression : 93-La Plaine-Saint-Denis : ISI print
Description matérielle : 1 vol. (222 p.) ; 21 cm
Numéros : ISBN 978-2-916916-13-2 (br.) : 16 EUR
EAN 9782916916132
Notice BnF n° :  FRBNF45151958

 L'ouvrage est en vente 16 euros sur les sites Krisis Diffusion et Revue Eléments


____________________________________________________________________________

Au-delà des droits de l'homme. Pour défendre les libertés

Le livré paru aux éditions Krisis en 2004 est actuellement épuisé.

L'ouvrage a été réédité en version augmentée et réactualisée par Pierre-Guillaume de Roux en 2016. Il est en vente sur Krisis Diffusion.

 

Alain de Benoist citations Droits de l'hommehttp://krisisdiffusion.com/la-librairie-en-ligne/147-au-dela-des-droits-de-l-homme-alain-de-benoist.html

 

Mais aujourd’hui, le discours des droits de l'homme n'a pas seulement pour but de fournir une idéologie de substitution après l'effondrement des « grands récits ». En cherchant à imposer une norme morale particulière à tous les peuples, il vise à redonner bonne conscience à l'Occident en lui permettant de s'instituer une fois de plus en modèle et de dénoncer comme des « barbares » ceux qui refusent ce modèle. Dans l'histoire, les « droits » n'ont été que trop souvent ce que les maîtres de l'idéologie dominante avaient décidé de définir ainsi. Associé à l'expansion des marchés, le discours des droits de l'homme constitue l'armature idéologique de la globalisation. Il est avant tout un instrument de domination, et doit être regardé comme tel.

Les hommes doivent pouvoir lutter partout contre la tyrannie et l’oppression. Contester l’idéologie des droits de l’homme, ce n'est donc évidemment pas plaider pour le despotisme, c'est bien plutôt contester que cette idéologie soit le meilleur moyen d'y remédier. C'est s'interroger sur la validité des fondements de cette théorie, sur le statut nomologique de ces droits, sur les possibilités d'instrumentalisation dont ils peuvent faire l'objet. C’est aussi proposer une autre solution.

La théorie des droits de l'homme postule par ailleurs l'existence d'une nature humaine universelle, indépendante des époques et des lieux, qui serait connaissable par le moyen de la raison. De cette affirmation, qui ne lui appartient pas en propre (et qui en soi n'a rien de contestable), elle donne une interprétation très particulière, impliquant une triple séparation : entre l'homme et les autres vivants (l'homme est seul titulaire de droits naturels), entre l'homme et la société (l'être humain est fondamentalement l'individu, le fait social n'est pas pertinent pour connaître sa nature), entre l'homme et l'ensemble du cosmos (la nature humaine ne doit rien à l'ordre général des choses). Or, cette triple séparation n'existe pas dans l'immense majorité des cultures non occidentales, y compris bien entendu dans celles qui reconnaissent l'existence d'une nature humaine.


Survivre à la pensée unique, ou l'actualité en question, éditions Krisis, 2015


"Il y a un type de bêtise qui n'appartient qu'à la droite et un type de bêtise qui n'appartient qu'à la gauche. Aux extrêmes, ces deux types sont pareillement infantiles, mais se distinguent néanmoins : les rêveries héroïques de l'extrême droite (modèle éthique paternel) sont typiques de l'éternel adolescent; la générosité fusionnelle de l'extrême gauche (modèle moral maternel), typique de la petite enfance. L'un et l'autre sont visiblement restés au stade oedipien." 

Alain de Benoist, Survivre à la pensée unique, éditions Krisis





Survivre à la pensée unique, Alain de Benoist, éditions Krisis
Survivre à la pensée unique, Alain de Benoist, éditions Krisis